fbpx

Se débarasser de sa phobie grâce à l’hypnose.

Attention, certaines images peuvent faire peur.

réveil nocturne

Définition de la Phobie :

Mieux comprendre la phobie :

Une phobie est une peur disproportionnée par rapport à l’objet de la phobie.

C’est une idée idiote qu’on ne peut plus sortir de chez soi, qu’on ne peut plus prendre l’avion, qu’on ne peut pas faire une prise de sang…

Je dis idiote, car c’est la personne elle même qui le dit : «c’est bête, mais je n’arrive pas à me raisonner»

On ne naît pas phobique, on le devient. On a laissé s’implanter cette peur au plus profond de notre être.

C’est une idée qu’on a reçu de soi même ou des autres et à laquelle on a adhéré.

La personne est consciente du caractère exagéré, voir ridicule de son angoisse mais cela ne l’aide pas.

 

Comment naît une phobie :

La plupart du temps, lorsque l’objet de la peur se présente pour la première fois, le sujet présente une baisse de son attention.

Soit parce qu’il était fatigué, (physiquement ou mentalement),

soit dispersé par de l’anxiété.

Cette baisse de notre vigilance nous rend hautement suggestible.

Alors en baissant la garde, on a laissé rentrer en nous cette idée idiote et elle a pu commencer sa vie souterraine ( elle s’est implantée en nous, comme une graine).

  • Un jour, on lit, on voit, on entend parler d’un crash d’avion, et quelques temps plus tard, sans avoir conscience, du rapport avec ce qu’on a vu, lu entendu, parce qu’on était fatigué tout simplement, on commence à avoir peur de l’avion.

 

rituel d'endormissement
  • Si pendant un voyage en avion, on a réagit à un trou d’air par un crise d’angoisse, cet état me rend hyper suggestible, et on peut contracter une phobie à ce moment là. 

  • Si un soir, sur une terrasse je me fais piquer par un moustique et que quelqu’un dit à ce moment là : «  heureusement que ce n’était pas un frelon ! » quelques semaines plus tard, je peux développer une phobie des insectes.

Quand on est fatigué, anxieux ou confus, on peut alors gober n’importe quoi. « Le grand méchant loup va venir te manger si tu n’est pas sage »

 

Ce qui caractérise la phobie :

La phobie s’accompagne de troubles anxieux

La personne phobique ne vit pas dans le présent mais dans l’angoisse anticipatoire de rencontrer l’objet de sa phobie ( « je ne mangerai pas sur la terrasse car j’ai peur des abeilles »).

anesthésie

Il vit en permanence dans le futur.

Il développe alors des conduites d’évitement en pensant maîtriser la situation.

« Je ne vais pas me promener en forêt car j’ai une peur bleue des serpents ».

Ces conduites sont de plus en plus envahissantes pour le sujet

«  je ne vais plus chez mes amis car tous les dimanches, après manger, ils vont se balader en forêt, et j’appréhende leur appel ».

anesthésie

Tenter sans cesse d’éviter sa peur est une utopie.

Un monde sans douleur, sans danger, sans peur n’existe pas ! Plus on essaie d’éviter l’événement et plus on développe le sentiment d’être victime des événements, de nos émotions, et qui renforce une identité négative : «  je suis stupide d’avoir peur, une vrai froussarde… »

L’utopie vient de nos croyances. Normalement, les gens ne nous jugent pas, ne nous maltraitent pas.

Avoir une émotion, c’est mal vu ( « arrête d’avoir peur, c’est pas la petite bête qui va manger la grosse ! »).

L’émotion est disqualifiée.

En Belgique par exemple, on a annulé la fête des mères pour que les orphelins ne se sentent pas seuls et tristes ce jour là.

Dans une société qui lisse les émotions jusqu’à les disqualifier, enfermant les patients dans des conclusions identitaires.

L’utopie donne la tentation d’annuler l’événement. On évite ainsi de contrôler l’événement, de gérer la peur pour ne pas avoir à la traverser.

Ce que tente de faire les gens :

– « Il ne faut plus y penser ».

C’est comme demander de ne pas penser à un éléphant bleu, on va y penser et dans le cas de la phobie, y penser toute la journée.

Lorsqu’ils viennent en consultation d’hypnose, les demandes des patients sont souvent les suivantes :

  • « je veux arrêter d’avoir des nœuds au ventre »

  • « je veux arrêter de penser »

  • « je veux arrêter de ressentir »

En fait, plus ils luttent contre ce qu’ils ressentent, et pire c’est.

Le cercle vicieux dans lequel s’enferme la personne phobique :

Le sujet développe alors une phobie. En permanence, il anticipe un futur angoissant.

Il fait tout pour éviter la confrontation.

Dans un premier temps, il s’en trouve soulagé, ce qui encourage le maintien des conduites d’évitement voir le renforce pour éviter l’angoisse d’être confronté à l’objet de sa phobie.

 «  j’ai peur de prendre l’autoroute, soit je ne pars pas en vacances, soit je fais tout pour prendre les routes secondaires »

Ce qui résulte de ces conduites d’évitement, c’est le caractère invalidant qui restreint la liberté d’action du sujet.

Rompre le cercle vicieux:

Les tentatives de contrôle de l’angoisse par l’évitement sont un échec car elles entretiennent ce cercle vicieux.

L’hypnose va permettre au patient de faire l’expérience du présent, de lâcher prise et de retrouver une sécurité intérieur.

En effet, la personne phobique a un sentiment d’insécurité totale.

L’objet de leur peur devient de plus en plus grosse à mesure que le temps passe. La remise en sécurité est primordiale.

L’hypnose permet également de réconcilier l’émotion et l’identité.

En effet, l’émotion vient dire quelque chose de toujours vrai et de toujours juste.

Elle vient donner du sens à ce qu’il se passe. Avoir peur du vide est nécessaire pour nous dissuader de s’y jeter. Si on avait pas peur, on se mettrait probablement en danger.

Cette émotion nous permet de nous mettre en action en reculant, en s’éloignant du précipice. L’action doit suivre l’émotion, et pas la précéder.

La peur est essentielle et fondamentale car elle peut être moteur et protectrice.

C’est un garde du corps. Alors, si on méprise son métier, il devient générateur de souffrance.

Il faut donc apprivoiser sa peur et identifier les tentatives de solutions qui ont échoué et qui n’ont qu’alimenté et amplifié cette souffrance.

 Comment me contacter ?

M'appeler

06 30 48 87 03

Adresse mail

hypnose.fc@orange.fr

Mon adresse

42, rue de l’arceau, 07210 Chomérac

Horaires d'ouverture

Lundi : 9h – 12h // 14h -19h

Mardi : 9h – 12h // 14h -19h

Mercredi : 9h – 12h 

Jeudi : 9h – 12h // 14h -19h

Vendredi : 9h – 12h // 14h -19h

Samedi : 14h30 -17h

Dimanche : fermé