Le traitement des troubles du sommeil par l’hypnose.

réveil nocturne

L’hypnose pour traiter les troubles du sommeil

 

L’hypnose peut être considérée comme physiologique. L’hypnose est un état très naturel, dans lequel on se retrouve plusieurs fois par jour. C’est comme « être dans la lune », « c’est un état de rêverie  », estime le Dr Patrick Bellet, médecin et praticien en hypnose Ericksonienne.

L’hypnose peut alors être utilisée à des fins thérapeutiques et notamment pour traiter les trouble du sommeil.
« Connaître les mécanismes de l’hypnose comme état et comme moyen pour l’obtenir vont lui permettre également d’accéder à la compréhension clinique et thérapeutique du sommeil. », précise le Docteur Bellet
« De natures différentes, l’hypnose et le sommeil sont parfois présents au cours de la même séance, mais leurs effets en sont distincts. C’est de cette différence dont il sera question… »

 

De la difficulté à s’endormir à la nuit blanche.

 

Il nous est presque tous arrivé au moins une fois dans notre vie d’avoir du mal à dormir.

rituel d'endormissement

Quand c’est ponctuel, ça va. Mais quand ça devient répétitif, ça peut virer au cauchemar.

Lorsqu’on n’arrive pas à trouver le sommeil, c’est un peu comme un GPS qui se serait déréglé. Quand on suit son trajet et que le GPS ne nous envoie pas au bon endroit, on est pas loin de notre destination et pourtant on tourne, on cherche, sans trouver. Alors ça nous énerve, et plus on s’énerve, plus on tourne et plus on tourne, plus on s’énerve et moins on trouve.

Et lorsqu’on se réveille la nuit sans arriver à se rendormir, il en va de même. Plus on cherche à retrouver le sommeil perdu, plus les idées nous envahissent ( ruminations de la veille, angoisse d’anticipation du lendemain…) et le reste de la nuit paraît interminable.

Avoir une bonne qualité de sommeil est nécessaire au bon fonctionnement de notre organisme. C’est également un phénomène naturel et physiologique et qu’on ne peut pas le forcer, tout comme on ne peut pas se forcer à digérer, à réduire ou accélérer notre rythme cardiaque de façon volontaire. Quand on y pense trop, et que l’on veut se forcer à dormir, ça ne marche pas.

D’ailleurs, dans mon métier d’infirmière anesthésiste, quand on veut faire dormir un patient au moment où on l’a voulu, on utilise des hypnotiques. Je déconseille cette méthode pour retrouver le sommeil. Mickaël Jackson l’a éprouvé. Il en a succombé.

Pour éviter d’utiliser des traitements, dont les effets secondaires sont souvent pénibles, pour induire ou améliorer la qualité du sommeil, des techniques plus naturelles existent dont l’hypnose pour traiter les troubles du sommeil.

 

anesthésie

Le rôle d’un sommeil réparateur.

 

Le sommeil joue un rôle essentiel dans le maintien des fonctions vitales. Il permet la maintenance du métabolisme neuronal, la mise au repos du système cardio-vasculaire et l‘équilibre du métabolisme des liquides.

Selon une enquête de l’Institut National du Sommeil et de la vigilance réalisée en 2009, une personne sur trois en France souffre de trouble du sommeil.

 

Les différents troubles du sommeil.

 

Il existe différentes formes d’insomnies :

  • Les insomnies avec difficultés d’endormissement
  • Les insomnies avec réveils nocturnes fréquents et/ou prolongés
  • Les insomnies avec réveils précoces

Leurs points communs : ils raccourcissent la durée du sommeil, ce qui raccourci également la durée du temps de récupération du corps, et de l’esprit.

Dans tous les cas, on observe une fatigue dans la journée qui se répercute parfois sur le plan professionnel, personnel ou émotionnel, une somnolence en journée, une irritabilité,ainsi que des troubles de l’humeur.

Les insomnies peuvent être transitoires ou chroniques.

A mesure que s’installent les difficultés du sommeil, les sujets commencent par appréhender de plus en plus le moment où ils vont se coucher et entraîner la peur de ne pas arriver à dormir.

L’esprit tourne alors en boucle et il y a une augmentation de l’anxiété à l’idée de ne pas dormir. Cette hyperactivité intellectuelle autour de ces problèmes de sommeil ne laisse plus de place à un repos bien mérité.

A terme, l’insomnie peut avoir de lourdes conséquences sur le bien-être.

L’hypnose et sa pratique permet d’améliorer la qualité et la quantité de sommeil en diminuant dans un premier temps l’anxiété liée à la perte de sommeil.

 

Dans une expertise de l’INSERM réalisée en 2015, l’hypnose présente de nombreux avantages pour traiter les insomnies. L’imagerie cérébrale montre,qu’en état d’hypnose, les activations cérébrales sont différentes de l’état de veille et du sommeil. C’est un état modifié de conscience.

 

activation neuronale

L’hypnose réduit le stress

 

Lorsque nous dormons, certaines zones de notre cerveau sont mises en sourdine. En état d’hypnose, les zones du cerveau qui sont capables de réduire le stress et l’anxiété sont stimulées. La transe hypnotique permet d’arrêter la pensée et être favorable à un état différent pour bien dormir. L‘hypnose permet également dans certains cas d’améliorer la qualité du sommeil en diminuant les perceptions douloureuses en travaillant sur une défocalisation, ou de diminuer les sons dérangeants en créant un isolement sensoriel.

Il sera également nécessaire de travailler sur la confiance en ses capacités à s’endormir. Cette confiance a été mise à mal durant la période d’insomnie.

Après quelques séances, le temps d’endormissement diminue et donc le temps de sommeil réparateur augmente.

Comment se déroule la prise en charge par l’hypnose pour traiter les trouble du sommeil

 

La première consultation est dédiée à un entretien avec le thérapeute. Les informations récoltées lors de cette prise de contact sont essentielles pour le praticien. Elles permettent d’identifier le type de trouble du sommeil. Le thérapeute écoute attentivement les mots qu’emploi le patient afin de lui donner les meilleurs conseils. Il pourra ainsi adapter sa technique et ses suggestions à la personne, et au type d’insomnie.

Dans les séances suivantes, à l’aide de son hypnothérapeute, le patient va entrer en état de conscience modifiée . La Transe hypnotique peut être vécue d’un façon différente d’une personne à une autre. Après une mise en relaxation de plus en plus profonde, le patient accède plus facilement à son imaginaire.

Dans cet état, l’esprit est plus disponible pour entendre les suggestions du thérapeute et se laisser dériver jusqu’aux portes du pays de Morphée qu’il pourra franchir le soir au moment d’aller dormir et sombrer alors dans un profond sommeil.

En fonction de l’évolution de chacun qui peut être plus ou moins longue, le praticien en hypnose peut proposer à son patient d’apprendre à faire de l‘auto-hypnose.

L’auto-hypnose :

 

Après quelques séances réalisées avec votre thérapeute, il est possible d’apprendre l’auto-hypnose pour continuer à la maison à se dire les bons mots, s’installer et se préparer à dormir. Cette auto-hypnose peut se faire soit à l’aide d’enregistrements de votre thérapeute, soit à partir de vos propres enregistrements, soit encore mieux, à l’aide de vos propres directives. Le thérapeute vous enseignera alors les techniques hypnotiques d’induction qui vous conviendront le mieux. Il vous prodiguera aussi tous les conseils utiles et les rituels à mettre en place pour vous permettre de poursuivre le travail réalisé en séance.

Des résultats rapides

 

Les résultats peuvent être perçus dès la première séance. Parfois, votre hypnothérapeute peut, comme je le fais vous proposer un enregistrement qui s’adresse rien qu’à vous pour vous aider au début à mieux dormir.

Selon les études, entre 50% et 85% des personnes voient leur sommeil s’améliorer après deux séances. Selon les mêmes études, il faut compter deux à cinq séances, espacées d’une à deux semaines pour avoir les résultats escomptés. Parfois une dizaine de séances peuvent être nécessaires en cas de troubles complexes ou insomnies de longues dates.

Comment trouver son thérapeute :

Le titre d’hypnothérapeute n’est pour le moment pas réglementé. Il est donc indispensable de choisir un professionnel issu du milieu de la santé ( médecin, psychiatre, infirmier, dentiste, sage-femme, kinésithérapeute…) ayant reçu une formation en hypnose thérapeutique ou médicale. Cette formation n’est jamais dispensée en E-learning, mais en présentielle et s’étend sur une période de plus d’une année.

Commencer par faire preuve de bon sens

Assaillis par les écrans, on a souvent tendance à oublier leur impact sur notre système nerveux. Pourtant, de nombreux troubles du sommeil sont dus à une surexposition à ces derniers qui ont pour action d’activer nos cellules cérébrales. Le système cérébral devient alors hyperactif et nous empêche de nous endormir. L’idée n’est évidemment pas de se priver d’un bon film le soir simplement pour fuir les écrans, mais on peut alterner et opter de temps en temps pour un bon bouquin.

Liste des courses, tâches à effectuer le lendemain, les pensées ne manquent pas au moment où l’on essaie de s’endormir. Pour s’en défaire et s’apaiser en étant sûr de ne rien oublier, on pourra simplement en prendre note de façon à les sortir de notre cerveau, ce qui nous laissera le loisir de s’en détacher et de s’en occuper le lendemain.

Enfin, certains aliments auront tendance à favoriser le sommeil comme la banane ou la noix de cajou. Ils contiennent du tryptophane, un précieux acide aminé essentiel utilisé lors de la synthèse de la sérotonine qui est un précurseur de la mélatonine (l’hormone du sommeil). Qui plus est la banane contient de la vitamine B6 et du magnésium qui contribuent ensemble à réduire le stress et donc à favoriser l’endormissement.

Quelques exercices

Pour trouver le sommeil, il existe des exercices d’auto-hypnose que l’on pourra facilement pratiquer chez soi et qui s’avèrent très efficaces. En voici quatre afin d’opter pour celui qui conviendra le mieux.

  • La respiration

En position de sommeil, les yeux fermés, on pratiquera la respiration abdominale :  il s’agit de gonfler le ventre à l’inspiration en prêtant attention à ce dernier, et de souffler lentement à l’expiration en ressentant le ventre se dégonfler. Cette technique, à la base de nombreuses pratiques de méditation et également utilisée en sophrologie, est idéale pour se détendre dans de nombreuses situations : d’un point de vue physiologique elle permet de faire descendre le diaphragme qui va ainsi masser les viscères et le nerf vague, occasionnant ainsi une profonde détente facilitant l’endormissement. Cette pratique respiratoire est d’ailleurs conseillée en préambule aux exercices suivants.

  • La relaxation progressive

Toujours en position de sommeil, on portera attention aux différentes parties de son corps les unes après les autres en partant des pieds jusqu’à la tête : les pieds, puis les chevilles, les tibias, les genoux, etc. À chaque étape, on imaginera ses membres devenir très lourds et s’enfonçant dans le matelas, comme s’ils disparaissaient. Ainsi, on se sentira totalement relaxé, on pourra quitter son flot de pensées pour être dans un état propice au sommeil.

  • La spirale des sens

Une nouvelle fois installé dans son lit, les yeux fermés, on prendra conscience de son corps, de sa place dans le lit en le visualisant et en ressentant les différentes sensations corporelles, comme le poids, la température de la pièce par exemple. Ici l’idée est de parcourir les sens de la vue, de l’ouïe, et du toucher, pourquoi pas l’odorat successivement, et à chaque tour d’agrandir la sphère explorée. On étendra donc l’espace imaginé à la pièce, en visualisant les objets, en écoutant les sons, en ressentant les textures, les odeurs…  On agrandira ensuite le périmètre à la maison ou l’appartement, puis au quartier, à la ville, au pays. L’espace s’agrandira ainsi jusqu’à la terre avec sa place dans l’univers, voire au delà, en laissant sa conscience prendre tout l’espace.

  • Laisser déborder les pensées

Pour celles et ceux ayant tendance à réfléchir et cogiter au moment de dormir, on fera en sorte de faire déborder le flot des pensées, afin de saturer l’hémisphère gauche, analytique, et permettant donc à ce dernier de décrocher. En effet plutôt que « d’arrêter de réfléchir » il est parfois plus efficace de réfléchir encore davantage : cela implique de se poser une nouvelle question avant d’avoir répondu à la précédente, puis une autre, et d’enchaîner comme cela jusqu’à faire déborder le flot des pensées et donc saturer le système de réflexion. C’est une technique très efficace pour mettre fin aux ruminations. Plus simplement on pourra également jouer avec les nombres en partant du chiffre 1 et multiplier par deux à chaque expiration(2…4…8… etc.), jusqu’à ce que les nombres deviennent si grands que l’esprit préfère décrocher. C’est une autre façon de jouer avec les pensées tout en utilisant la respiration.

 

Vous avez du mal à trouver le sommeil, vous pouvez consulter un thérapeute en hypnose pour vous permettre d’y remédier et ainsi retrouver un sommeil profond et réparateur.

 Comment me contacter ?

M'appeler

06 30 48 87 03

Adresse mail

hypnose.fc@orange.fr

Mon adresse

42, rue de l’arceau, 07210 Chomérac

Horaires d'ouverture

Lundi : 9h – 12h // 14h -19h

Mardi : 9h – 12h // 14h -19h

Mercredi : 9h – 12h 

Jeudi : 9h – 12h // 14h -19h

Vendredi : 9h – 12h // 14h -19h

Samedi : 14h30 -17h

Dimanche : fermé